Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La journée de la femme, c'est bien mais...

La journée de la femme fête aujourd'hui ses 100 ans et je lui souhaite un bon anniversaire! Cette fameuse journée avait pour but, historiquement, de faire valoir l'égalité des droits entre hommes et femmes (merci les suffragettes!).

Il est indéniable que des progrès conséquents ont été réalisés en un siècle, et j'ai envie de te dire "encore heureux!". Mais alors en 2011, qu'en est-il de la place de la femme dans la société? Est-elle véritablement reconnue comme ayant une valeur égale à l'homme? Ce qui suppose, entre autres:

- qu'elle puisse accéder à des postes à haute responsabilité

- qu'elle ait le même niveau de revenu qu'un homme à poste égal

- qu'elle puisse partager équitablement les tâches domestiques avec son conjoint

- qu'elle puisse dire qu'elle est heureuse sans enfants sans être jugée (d'ailleurs, j'ai la vague impression que les femmes jugent plus leurs consoeurs que les hommes dans ce domaine, mais je me trompe peut-être)

- qu'un homme puisse dire d'elle qu'elle est une bonne conductrice

etc, etc... J'arrête mon inventaire à la Prévert parce que la liste est longue!

La réponse à notre question initiale est donc sans ambiguité et sans appel: non.

Loin de moi l'idée d'écrire un brulôt féministe, je n'en ai de toutes façons pas la capacité, n'est pas Elisabeth Badinter qui veut.

Et soyons clair, j'aime et je respecte les hommes, je m'entends d'ailleurs généralement très bien avec eux. J'aime leur simplicité (ceci est un vrai compliment, pas une boutade), leur franchise, leur humour, leur côté protecteur parfois, et leurs doutes aussi... Car je ne pense pas qu'il soit fondamentalement plus facile d'être homme que d'être femme. La femme a sans doute moins de libertés, mais l'homme a sûrement plus de devoirs: être un chef de famille, selon l'expression consacrée, suppose quand même un paquet de responsabilités.

Bref, comme le dit si bien cette chère Elisabeth, que j'aime beaucoup comme tu l'auras compris : "Il faut renoncer à une vision angélique des femmes qui fait pièce à la diabolisation des hommes." ("Fausse route" chez Odile Jacob).

Tout ça pour te dire qu'à mon sens, l'homme et la femme sont complémentaires, et pas seulement dans le couple (puisque tous les couples ne sont pas hétérosexuels, n'en déplaise à notre nouveau ministre de la défense, Gérard Longuet -> vidéo édifiante), mais aussi au sein de la famille, des amis, des collègues...

Et puis j'entends bien des petites voix désagréables me dire: "Oh ça va, t'es pas opprimée hein, pense aux femmes mariées de force, fouettées, lapidées...". Certes, j'y pense, et certainement plus souvent que les propriétaires des petites voix condescendantes. Et même que ça me fait mal aux tripes.

Mais le fait de se dire qu'il y a pire ailleurs n'a jamais résolu un seul problème à ce que je sache.

Alors qu'est-ce qui me révolte au quotidien me demanderas-tu?

- Le fait que 88% des femmes pensent qu'il est difficile de concilier vie professionnelle et vie de mère de famille en 2010 (Sondage Elle - Les états généraux de la femme): pourquoi ne peut-on pas à notre époque être une maman attentive et avoir une vie professionnelle épanouie dans le même temps?

- Le fait que les femmes françaises touchent en moyenne un salaire inférieur de 27% à celui des hommes (Source: Observatoire des inégalités), ça me bouffe.

- Cette croyance populaire encore très vivace qu'un femme sans homme et enfants, c'est rien qu'une pôv fille (voire une vieille fille, si c'est pas débile ça comme terme!) par opposition à l'homme célibataire forcément par choix qui est un esprit libre, un séducteur, un dandy... Ça me fait grincer des dents.

- Le fait que 75 000 femmes se fassent violer en France chaque année (Source: www.contreleviol.fr), qu'une femme française meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint... Ce qui m'amène à cette injustice physiologique: une femme même jeune, même en forme, même sportive aguerrie, ne fera pas le poids contre un homme plus vieux, moins en forme, même pas sportif du tout. C'est la nature et on l'accepte car on a d'autres avantages (l'éternel cliché de la maternité, mais c'est pourtant vrai), ce qui est lamentable, c'est que quelques hommes mal intentionnés et lâches en profitent.

Et d'autres choses encore, mais je m'arrêterais là car je pense que tu as bien compris mon point de vue ami lecteur. Nous avons avancé, mais nous avons encore une longue route à parcourir, main dans la main, pour plus d'égalité et d'harmonie.

En conclusion, je vais alléger un peu le sujet avec une petite note d'humour signée Zsa Zsa Gabor, la divine:

"Il n'y a qu'un décolleté pour pousser un homme à rechercher la profondeur chez une femme."

ZsaZsaGabor-1.jpg

Une pensée pour elle à qui, à 94 ans, ses médecins veulent couper la 2e jambe pour cause de gangrène

Bonne journée à tous, même aux hommes, et rendez-vous au prochain billet!

 

Les commentaires sont fermés.