Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Le chat qui mangeait de la laine" de Lilian Jackson Braun

 

Editeur: 10 (Collection Grands Détectives)

Date de parution: 21 Octobre 2010

Nombre de pages: 221

 

 

RésuméQuand on est reporter culinaire, il faut s'attendre à tout, comme être nommé responsable du supplément Décoration du Daily Fluxion ! Introduit dans le milieu raffiné des décorateurs d'intérieur, Jim Qwilleran déniche la maison idéale pour la une de son magazine : celle d'un excentrique collectionneur de jades. Mais le lendemain de la parution, les pierres ont disparu et la femme du propriétaire est décédée. Pour ne rien arranger, le deuxième numéro fait scandale. Suspectant un complot, Jim ne tarde pas à découvrir que même les plus jolis vernis s'écaillent... et que la nouvelle et curieuse lubie de son siamois Koko va le mener tout droit à la solution du crime.

131094560072.jpg

J'ai découvert la série "Le chat qui..." de Lilian Jackson Braun il y a une dizaine d'années et je ne m'en lasse pas (je les lis dans le désordre mais ça n'empêche pas leur bonne compréhension).

 

Jim Qwilleran, Qwill pour les intimes, se retrouve toujours embarqué dans des enquêtes criminelles pour lesquelles son chat siamois Koko -qui aurait des pouvoirs psychiques- lui apporte une aide déterminante. Ce tome (le deuxième de la série) ne déroge pas à la règle, mêlant toujours suspense, humour et considérations félines; on y apprend aussi comment Yom Yom, la "fiancée" de Koko, est adoptée par Qwill.

 

Cette série de livres se caractérise par une narration simple mais efficace, des personnages pittoresques, la valorisation d'un certain art de vivre (c'est de plus en plus vrai au fil des romans), en particulier de la gastronomie, et enfin par cette description pleine d'amour des chats et de leurs comportements. 

 

Ce tome, bien qu'il ne soit pas mon préféré à ce jour (C'est "Le chat qui voyait rouge" pour son ambiance que n'aurait pas reniée Agatha Christie), est un véritable plaisir de lecture, que je conseille pour égayer un peu ces journées d'hiver maussades.

 

Les commentaires sont fermés.