Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interpol, ma drogue musicale du moment

Bonjour ami lecteur!

Je ne te parle pas souvent musique, même si j'adore ça, pour deux raisons.

La première est que j'ai des goûts éclectiques. J'aime majoritairement le rock, mais j'apprécie aussi l'électro, la pop, le classique, le jazz et encore beaucoup d'autres choses. Si je tenais une rubrique musicale régulière, elle manquerait donc vraisemblablement de cohérence.

Deuxième raison, j'ai une approche primaire de la musique. Ce que je veux dire par là c'est que j'aime ce que j'entends, ou pas. La musique pour moi, c'est de l'émotion brute qui va directement de mes oreilles à mon cœur, sans passer par la case cerveau. Bon d'accord, je pousse un peu, je sais quand même que si "Enjoy the silence" de Depeche Mode reste une de mes chansons préférées près d'un quart de siècle après sa sortie, c'est parce que Dave Gahan a une voix divine, que la mélodie est aussi simple qu'efficace, et enfin que les paroles écrites par Martin Gore résonnent toujours autant en moi (anecdote: j'ai refilé le virus DM à mon petit frère Cornelius, qui vient d'ailleurs de fêter ses 25 ans, à tel point qu'il a la phrase "Words are meaningless" tatouée sur l'avant-bras). Tout ça pour te dire que j'ai une faculté d'analyse musicale aussi profonde que les connaissances grammaticales d'un candidat des "Chtis" (oui, je sais, la moquerie est facile).

Bref. 

Dans ma série obsession musicale, il y a "El Pintor", le nouvel album d'Interpol. 

Interpol.png

 

Je connais le groupe depuis plusieurs années et jusque là, je trouvais leurs chansons sympas sans qu'elles me hantent. Objectivement, j'entendais bien que les arrangements musicaux étaient réussis, que les textes étaient travaillés et que la voix de baryton de Paul Banks avait un caractère unique. Subjectivement, leurs mélodies passaient par mes oreilles mais n'atteignaient pas mon cœur.

Mais ça, c'était avant que j'entende "All the rage back home", le premier extrait du nouvel opus du groupe New Yorkais. J'ai adoré instantanément et ça m'a donné envie d'écouter l'album dans son intégralité. Celui-ci est d'excellente facture et je le trouve nettement plus inspiré que les précédents. Au menu: des chansons d'amour amer, interprétées avec fougue et élégance.

En illustration sonore, je te propose mes trois chansons préférées, qui tournent un peu en boucle chez moi en ce moment...

Bonne écoute et à bientôt!

 

All the rage back home

 

 

Lights


 

 

My desire


Le mec pas mal qui noie son chagrin d'amour dans l'alcool est l'acteur Frank Grillo   

Les commentaires sont fermés.