Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elvira, maîtresse des Ténèbres

Catégories : Films

Film américain de 1988, réalisé par James Signorelli

large_428688.jpg

Synopsis (Allociné):

Elvira, vedette sulfureuse d'un show télé d'horreur, hérite d'un manoir hanté en rase campagne. Son arrivée bouleverse la vie morne des habitants du village.


 

Mon avis:

J'ai découvert Elvira l'an dernier et je n'avais pas eu le temps de t'en parler. Depuis, j'ai bien dû le revoir deux fois...

Avant, Elvira pour moi, c'était Nibarella dans les Simpsons, une caricature à forte poitrine de Morticia Addams avec une coupe de cheveux digne d'un des membres du groupe Europe.

boobarella.jpg

Comment ai-je pu me fourvoyer à ce point? Elivra, je me dois de te rendre justice.
Je crois bien que c'est Hilde qui avait lancé l'an dernier la brillante idée de jeter un œil sur le film.
Je l'ai donc regardé et il faut que je souligne l'excellence du doublage français. Je l'ai vu en vo et en vf et, chose rare, le film est bien meilleur en vf!
Qu'ai-je donc retenu de ce film, au scénario ultra léger, et pourtant incroyablement sympathique?
D'abord, les références au cinéma de genre sont nombreuses: le b-movie improbable du début, la projection du fameux "Le retour des tomates tueuses" (aka le film le plus pourri de la planète selon Elvira), une mention bienvenue des films de Roger Corman, on a une toile de fond que les amateurs ne peuvent que savourer. 
Ensuite, on a une bande-son fort plaisante. Ah si j'insiste, ça compte pour moi! J'aime particulièrement le "Once bitten, twice shy" interprété par Lori Chacko:
 
Je sais c'est très 80's, je me fais vieille que veux-tu
Après, le film est une déclaration d'amour à l'humour potache (certains diront à la lourdeur) à grand renfort de plan nichons, du banquet ambiance puritaine qui dérape dans la fange aux enfants qui tendent leurs marshmallows au-dessus du bûcher de la sorcière, sans oublier les répliques pleines de piment d'Elvira, c'est un festival:
"Je m’appelle Elvira, mais vous pouvez m’appeler... ce soir"
Enfin, Elvira est un mélange réussi avant l'heure de Samantha Jones, de la Bridget du même nom et de Morticia Addams. Détonnant pas vrai? Elle est irrévérencieuse, droite dans ses bottes, peste, narcissique, maladroite, séductrice, adorable. Bref, elle est irrésistible et elle a rejoint mon petit panthéon personnel des icônes gothiques.

elvira-mistress-of-the-dark.jpg

Pour information, il existe une suite, tournée 23 ans plus tard. En dehors du fait épatant que Cassandra Peterson reste très crédible dans le rôle après un quasi quart de siècle, le film est tout à fait dispensable. 
Je te laisse avec le réjouissant tuto sculpture de citrouille d'Elvira:
 
Film vu dans le cadre du Challenge Halloween

2063462887.jpg

Et demain j'attaque le Read-a-thon de BD!

Les commentaires sont fermés.