Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Films - Page 3

  • Challenge Halloween: le film de vampire suédois

    Catégories : Films

    MORSE

    Film suédois de Tomas Alfredson sorti en 2009

    19051152.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20090202_113205.jpg

    Synopsis (Allociné):

    Oskar est un adolescent fragile et marginal, totalement livré à lui-même et martyrisé par les garçons de sa classe. Pour tromper son ennui, il se réfugie au fond de la cour enneigée de son immeuble, et imagine des scènes de vengeance. Quand Eli s'installe avec son père sur le même pallier que lui, Oskar trouve enfin quelqu'un avec qui se lier d'amitié. Ne sortant que la nuit, et en t-shirt malgré le froid glacial, la jeune fille ne manque pas de l'intriguer... et son arrivée dans cette banlieue de Stockolm coïncide avec une série de morts sanglantes et de disparitions mystérieuses. 
    Il n'en faut pas plus à Oskar pour comprendre : Eli est un vampire. Leur complicité n'en pâtira pas, au contraire...


    Mon avis:

    Enfin un film de vampire qui offre du sang neuf au genre! (Désolée, je n'ai pas su résister)

    A des années lumières d'un "Twilight" ou de "True Blood", Morse ne fait pas dans le vampire glamour et c'est tant mieux, parce que personnellement j'en ai ras la jugulaire de cette engeance!

    Eli, qui a douze ans depuis pas mal de temps, ressemble à un petit animal sauvage avec ses vêtements trop fins, ses ongles sales, ses cheveux en bataille, sa mine blafarde et ses grands yeux d'un vert hypnotique.

    Tout le contraire de son voisin Oskar, petit blond à la peau pâle et à l'iris bleu candide, véritable réincarnation du petit Lord Fauntleroy (je suis née en 81, j'ai les références que je peux!), persécuté par trois de ses camarades de classe.

    Ces différences n'empêcheront pas les deux enfants de devenir rapidement inséparables.

     

    18965538.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20080728_120332.jpg

    Dis, tu veux être ma copine?

     

    Autre originalité marquante, l'action se déroule dans un cadre déprimant à souhait: une banlieue suédoise dans les années 80, perpétuellement enneigée, avec pour seule animation le bistrot du coin et ses éternels piliers de bar.

    Le tempo du film est volontairement lent et pourtant, on ne s'ennuie pas un instant. Les phases violentes de meurtre sont succédées par les relations touchantes entre Eli et Oskar, unis dans leur solitude. Chacun veut offrir à l'autre ce qui lui manque. Eli veut donner à Oskar le courage et les moyens de se défendre, Oskar veut redonner à Eli sa part d'enfance perdue à travers des détails touchants: le Rubik's cube, les bonbons et le fameux code morse pour communiquer entre eux.

    Enfin, dernière qualité mais pas des moindres, la perfomance de Lina Leandersson (Eli) est simplement spectaculaire.

    Bref, "Morse" est un film de vampire, ça oui, mais qui réussit le pari osé d'allier l'horreur à la poésie, une petite merveille à découvrir!

  • Challenge Halloween: le film de sociopathe espagnol

    Catégories : Films

    MALVEILLANCE

    Film espagnol de Jaume Balaguero sorti en 2011

    malveillance.jpg

    Synopsis (Allociné):

    César est un gardien d’immeuble toujours disponible, efficace et discret. Disponible pour s’immiscer dans la vie des habitants jusqu’à les connaître par cœur ; discret quand il emploie ses nuits à détruire leur bonheur ; efficace quand il s’acharne jusqu’à l’obsession sur Clara, une jeune femme insouciante et heureuse…


    Mon avis:

    J'ai regardé "Malveillance" dans le cadre du challenge Halloween, bien que ce film ne mette en scène nul vampire, zombie ou autre goule. Ici, on est dans une horreur réaliste, et de fait d'autant plus glaçante.

    Sous ses airs de mec sympa auquel on fait rapidement confiance les yeux fermés, César est un dangereux sociopathe. De plus, César n'est pas heureux et ne voit par conséquent pas pourquoi les autres le seraient. En particulier cette "connasse" de Clara qui a toujours le sourire aux lèvres.  Mais ça, César compte bien y remédier définitivement...

     

    thriller,cinéma espagnol,jaume balaguero,luis tosar,concierge,persécution

    Une des leçons de Malveillance: même adulte, continue de regarder sous ton lit avant de dormir

     

    L'originalité du film de Jaume Balaguero réside dans le fait que nous suivons le récit à travers les yeux du méchant. Nous percevons certains traits de César: on le croit mal dans sa peau, mal dans son boulot, amoureux transi d'une femme inaccessible et fils dévoué pour sa mère malade. Il nous devient sympathique. 

    Et puis le réalisateur nous entraîne dans un thriller démoniaque, révélant un concierge beaucoup plus intelligent et machiavélique que ce que nous aurions pu imaginer. Car même quand on pense qu'il va se faire prendre, et qu'on a malgré nous peur pour lui, le bougre a toujours un coup d'avance.

    Le film doit aussi beaucoup à la prestation de Luis Tosar, impressionnant de maîtrise, capable de passer de garçon un peu niais à redoutable psychopathe d'un simple changement de regard.

    L'ensemble est donc très réussi, mais on compte trois scènes qui sont, pour moi, particulièrement bluffantes:

    - Le passage où César se glisse nu comme un ver dans le lit entre Clara et son compagnon (qui figure dans la bande-annonce d'ailleurs): surréaliste!

    - La scène où il se fait prendre à son propre piège dans la chambre de Clara: très drôle et stressant à la fois

    - Et enfin quand César assène ses quatre vérités à Mme Veronica qui n'en demandait pas tant: cruel et pourtant tristement réaliste

    "Malveillance" est donc une très bonne découverte, bien qu'un peu perturbante dans la mesure où il pourrait s'agir d'une histoire vraie.

  • Challenge Halloween: le film de fantômes anglais

    Catégories : Films

    LA DAME EN NOIR

    Film britannique de James Watkins sorti en 2012.

    la_dame_en_noir.jpg

    Synopsis (Première):

    Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars…


    Mon avis:

    "La dame en noir" pourrait être un modèle du genre film de fantômes victoriens. La mise en scène, très classique, n'oublie pas un détail: manoir lugubre perdu au fonds des marais, villageois superstitieux, brouillard épais, portes qui grincent et atmosphère lourde de mystère, tout y est!

    Le scénario est convenu (hormis la fin) et les scènes d'effroi sans surprise. En effet, on sait exactement à quel moment les fantômes vont apparaître, et cette "préscience" se trouve renforcée par le fait que la bande-annonce présente une bonne partie des scènes d'épouvante. On ne risque donc pas de faire des bonds sur son fauteuil.

    Cela étant dit, le film a aussi de nombreuses qualités. Les décors sont beaux et les costumes soignés, le tout conférant un charme indéniable à cette "dame en noir", car on est bien en face d'un film d'ambiance plus que de contenu.

    Autre bonne surprise: les acteurs. J'ai trouvé pour ma part que Daniel Radcliffe s'en sortait bien. Je n'ai pas pensé à Harry Potter un instant (bon en fait si, juste au moment où il se met en colère parce qu'il la joue comme dans HP. Et ça sonne faux. Mais il est jeune, soyons indulgents. Fin de l'apparté), ce qui est déjà une performance en soi. De son côté, Ciaran Hinds est parfait comme à son habitude.

    Pour conclure, je dirais que "La dame en noir" est un divertissement agréable, idéal pour Halloween bien qu'il ne restera probablement pas dans les mémoires.