Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Films - Page 5

  • Challenge Halloween de Lou & Hilde: Les zombies / Cinéma

    Catégories : Films

    BIENVENUE A ZOMBIELAND

    Film américain de Ruben Fleischer sorti en 2009 avec le casting ci-dessous:

    bienvenue_a_zombieland,6.jpg

    Synopsis (Allociné):

    Dans un monde infesté de zombies, deux hommes tentent de survivre. Columbus, le plus jeune, est terrorisé à l'idée d'être dévoré. C'est une poule mouillée, mais sa prudence pourrait bien lui sauver la vie... Tallahassee, lui, est un chasseur de zombies qui ne craint plus rien ni personne. Armé d'un fusil d'assaut, il se donne corps et âme à la seule mission qui compte pour lui : trouver les derniers exemplaires de ses biscuits préférés, des Twinkies, encore disponibles sur Terre.
    Dans leur périple, les deux survivants sont rejoints par Wichita et Little Rock, deux jeunes filles. Tous ont désormais deux défis impossibles à relever : affronter les zombies et apprendre à s'entendre...

    Mon avis:

    En une phrase: j'ai adoré. Du gore, du fou rire, un contenu loin d'être niais, des personnages attachants et de la bonne musique -> Glorifine heureuse.

    Le film s'ouvre sur les principales règles de survie édictées par Columbus, un des derniers survivants américains. Ces trois premières minutes sont un condensé de ce que sera le film: une comédie bien trashouille. Pour étayer son introduction, Ruben Fleischer nous offre ce générique d'anthologie:

    Le décor est planté! Je partage avec toi une brève vidéo de la règle qui me plaît le plus: l'endurance.

    Après ce démarrage sur des chapeaux de roues, nous suivons le road-movie des quatre protagonistes qui, non contents de devoir se battre contre les zombies, ont aussi beaucoup de mal à se faire confiance. Remarque, quand tu risques ta peau toute la journée, il y a de quoi devenir méfiant.

    Tous les acteurs sont très convaincants (apparition aussi courte que drôle de Bill Murray), mais je donne une mention spéciale à Woody Harrelson (on ne le voit pas assez souvent au ciné lui, tu es d'accord?) qui s'éclate visiblement dans le rôle du chasseur Tallahassee. On en vient même à se dire que "Nom d'une cervelle juteuse, en conditions réelles, je veux être dans son équipe!!". Tu veux un aperçu? Voilà!

    Après j'arrête (presque) avec mes extraits vidéos

    Je te disais donc que ce film n'était pas qu'un simple beat them all: le scénario est cohérent, certaines phrases du script sont savoureuses et il y a un mini message écolo-sanitaire au début du film que j'aime beaucoup. Colombus explique que la zombification de masse a commencé après que le patient zéro ait mangé un hamburger contaminé dans une station service. Maintenant qu'on se connaît un peu, tu sais tout le bien que je pense de l'élevage intensif, cette subtile allusion ne pouvait donc que me plaire!

    Rajoute à ça un clown zombie qui prend cher, me voilà comblée.

    1274390533-zombieland_clown.jpg

    Je l'ai déjà dit à certains d'entre vous: j'ai horreur des clowns. Pour moi c'est le comble du mauvais goût. D'ailleurs si tu veux te fâcher définitivement avec moi, il suffit de m'offrir un clown en porcelaine, ou pire encore en peluche! Je ne sais pas d'où vient cette aversion, mais c'est violent (bon comme dit précédemment, je pense que la prestation de Tim Curry dans "Ça" n'y est pas totalement étrangère).

    En résumé, Bienvenue à Zombieland est un divertissement fort sympathique que j'ai même préféré à Shaun of the Dead, et je ne manquerais pas d'aller voir le 2 qui devrait sortir en 2013.

    Je te laisse sur une vidéo de Mozinor (j'avais dit: presque) avec des bouts de Zombieland dedans, mais pas que...


    Univers Sale Soldeur par mozinor

  • Challenge Halloween de Lou & Hilde: La maison hantée / Cinéma

    Catégories : Films

    POLTERGEIST

    Film d'épouvante américain de Tobe Hooper, sorti en 1982, avec Craig T. Nelson et JoBeth Williams dans les rôles principaux.

    poltergeist_aff.jpg

    Synopsis (Source: Wikipedia):

    Dans la petite ville américaine de Cuesta Verde, en Californie, la famille Freeling mène une vie tranquille et sereine, mais d'étranges événements commencent à avoir lieu dans leur maison. En effet, les meubles s'agitent, des objets se déplacent tout seuls... jusqu'à une nuit d'horreur où le vieil arbre du jardin essaye d'avaler le jeune Robbie, tandis que sa sœur, Carol-Anne, est happée par le placard à jouets et disparaît dans une autre dimension.

    Mon avis:

    J'ai été agréablement surprise par ce film. Certes, les effets spéciaux ont vieilli, et le rendu est parfois plus comique qu'effrayant; je pense en particulier au fantôme devant la porte (je n'en dis pas plus pour ceux qui ne l'ont pas vu) qui n'est pas sans me rappeler des covers d'albums d'Iron Maiden...

    Cela étant, le scénario est assez bien ficelé et les acteurs offrent une bonne interprétation.

    De plus, on retrouve l'empreinte de Spielberg sur ce film. Il n'en est pas le réalisateur, mais le scénariste et producteur, et ça se sent. Il y a un subtil mélange de film familial et de fantastique dans Poltergeist. On aurait pu se contenter de nous montrer des chaises qui se déplacent toutes seules, des phénomènes météorologiques et une procession de fantômes; mais le film est aussi l'histoire d'une famille qui traverse une épreuve, et l'amour entre parents et enfants est bien mis en valeur à l'écran. C'est à mon sens ce qui rend ce film attachant, en dépit de sa première demi-heure un peu longuette, et qui a contribué à son succès.

    En conclusion, je dirais que Poltergeist est un bon film des années 80, que je range dans la catégorie épouvante plutôt qu'horreur. J'ai passé un bon moment mais je n'irais pas jusqu'à regarder les II & III.

  • "Il ne faut jamais oublier que la télévision n’est qu’un appareil électroménager." Bruno Cremer

    Catégories : Films, Samedi série

    Bonjour ami lecteur!


    Lors d'une récente conversation avec mes beaux-parents, je leur disais que je me passerais facilement de télévision car je la regarde très peu. Ce manque d'intérêt pour le petit écran ne relève nullement du snobisme intellectuel; simplement je lis les informations sur internet, je ne suis pas une grande fan des jeux TV, pas fan du tout de télé-réalité, et mes séries fétiches passent rarement sur nos chaînes.

    Cette phrase anodine a pourtant débouché sur une réflexion sur la qualité de la télé: abrutisseur de masses ou divertissement enrichissant après sélection attentive?

    Guy Bedos, dont je ne partage pas toujours les points de vue, mais qui a le sens de la formule, disait il y a quelques années: "Depuis que toutes les chaînes se livrent cette bataille pour l'audimat, parler de l'intelligence à la télévision, c'est comme si l'on distribuait des guides gastronomiques au Sahel."

    Pardon, mais c'est trop bon. Merci à mon frère Cornelius pour la transmission

    Et comme Bedos, j'ai la sensation que la qualité du programme est souvent inversement proportionnelle au taux d'audience. Tiens, regarde ce soir: Camping Paradis, Eté Party 80 à Dax, L'amour est dans le pré... Ça promet tout de même des discussions philosophiques à bâtons rompus dans les familles!

    Je ne dénigre en aucun cas les personnes qui aiment et regardent ce type de programmes dans la mesure où ça les fait rire et les détend d'une journée fatigante, on a tous nos plaisirs coupables (je te rappelle au passage que j'adore Barnaby, ce qui me vaut des moqueries régulières mais j'assume). Mais tu conviendras aisément avec moi, ami lecteur, qu'on apprend pas grand chose en les regardant.

    Pourtant quand j'y repense, j'ai été une télévore quand j'étais ado, et j'avoue que je ne regardais pas toujours (quasiment jamais) des programmes éducatifs! J'affectionnais surtout les séries:

    - policières: 21 Jump Street, Les dessous de Palm Beach, Hong Kong Connection. Tu ne connais pas la dernière? C'est normal, ça n'a pas été diffusé très longtemps et n'a pas eu d'audiences mirobolantes, pourtant c'était bien. Ca faisait des années que je cherchais des infos dessus sans rien trouver et toutes les personnes à qui j'en parlais ne connaissaient pas. Je finissais par me demander si je n'avais pas rêvé cette série, jusqu'à ce que...

    ... Je retrouve le générique sur YT et le pilote en VO (bien que comme la plupart des pilotes, ça ne casse pas des briques). J'espère que l'aimable diffuseur a le reste de la série dans ses archives!

    - rétro: Ma sorcière bien aimée, Mission Impossible, Amicalement vôtre et évidemment Chapeau melon & Bottes de cuir

    - fantastiques: Manimal (je trouvais ça génial de pouvoir se transformer en n'importe quel animal. Attends... Je trouve toujours ça génial en fait!), Highlander (Et oui, puis Adrian Paul était beau), Les contes de la crypte (Je me demande si c'est toujours la sonnerie de portable de Juanita ;-) et puis THE série qui a marqué ma génération, j'ai nommé X-files.


    The X-Files - intro par HatakTRAILERS

    Pour le plaisir

    C'est d'ailleurs une série qu'Angélas et moi aimons autant l'un que l'autre, on a l'intégrale en DVD, même si personnellement j'avais un peu décroché après la disparition de Mulder. Côté épisodes cultes, Angélas vote pour "Triangle", moi pour "Le pré où je suis mort" côté contenu et "Le shérif a les dents longues" côté poilade.

    - Et enfin un peu d'humour avec la corrosive Daria, les Bundy de Mariés 2 enfants, et Blackadder.

    512YQoR0HFL.jpg

    Cette série est tout bonnement fabuleuse

    Black Adder me permet d'effectuer grâcieusement ma transition vers une chaîne chère à mon coeur: Arte.

    Je sais, tu vas me dire que ça fait vaguement pseudo intello qui se la raconte de dire ça, et pourtant non. J'adore la chaîne franco-allemande, elle m'a fait découvrir des centaines d'excellents programmes, à commencer par Black Adder qui m'a démontré que Rowan Atkinson était bien loin de n'être que M.Bean, mais qu'il était en revanche bel et bien un des génies comiques de son temps. Mais aussi: la série Absolutely Fabulous, ce film hors normes qu'est Harold & Maude, l'exposition Documenta à laquelle je rêve d'aller depuis (un jour viendra!), et puis le dernier cadeau en date: L'agence n°1 des dames détectives. Il s'agit de l'adaptation des romans d'Alexander Mc Call Smith avec la chanteuse/actrice Jill Scott incarnant Mma Ramotswe. Et ça crois-moi ami lecteur, ça illumine mes jeudis soirs, mais plus pour très longtemps car les deux derniers passent cette semaine. J'aime jusqu'au générique:

    Musique de Gabriel Yared forcément! C'est également le dernier projet sur lequel a travaillé Anthony Minghella.


    Je remercie donc publiquement les gens d'Arte pour la qualité de leurs programmes qui ne se dément pas avec les années! La seule chose qui me laisse perplexe chez eux, c'est leurs jingles. Si tu les as vus, je crois que tu comprends de quoi je parle.

    Si Arte est ma chaîne de prédilection, j'appréciais aussi, quand j'habitais là-haut dans le Nord, de pouvoir capter la RTBF (Là où j'ai découvert La fureur dans le sang) et la BBC. Quand je sortais de cours à la fac et que je rentrais chez moi pour manger, j'avais le temps de regarder Garden Invaders et Bargain Hunt, ça rechargeait mes batteries pour l'après-midi (Si tu te poses la question, oui à 20 ans, j'aimais déjà les jolis jardins et la chasse aux antiquités, c'est mon côté Vieille Angleterre).

    Et aujourd'hui, j'ai vu deux documentaires vraiment intéressants:

    - Q.I., Histoire d'une imposture sur France 5, ou comment un test pour déterminer les élèves en difficulté scolaire a ouvert une voie royale aux eugénistes

    - Bienvenue dans la vraie des femmes sur LCP, une analyse de la condition des femmes françaises de nos jours pour laquelle de gros progrès peuvent encore être réalisés. J'y ai, entre autres, appris qu'en Norvège, suite à la promulgation d'une loi, les compagnies cotées en bourse doivent nommer au moins 40% de femmes au Conseil d'Administration. Ça me chagrine mais j'ai l'impression qu'en définitive il n'y a pas d'autres solutions que la punition pour pousser certains dirigeants à repenser leur politique de ressources humaines.

    Je t'inflige toute cette logorrhée, ami lecteur, pour en arriver à la conclusion qu'à mon humble avis la télévision peut être un formidable vecteur de savoir, de culture, et bien sûr de détente quand on fait un peu de tri dans la jungle de cette diffusion sur des dizaines de chaînes, et ce 24H/24, 7 jours / 7.

    Et toi ami lecteur, pour ou contre la télé? La télé-réalité? Le journal de Jean-Pierre Pernaut (non je plaisante, je vais le lâcher le JPP)? Quelles sont les chaînes que tu regardes le plus? Les programmes qui ont vraiment compté? Bref, je suis curieuse, je veux tout savoir!

    En attendant la suite, je te souhaite une bonne nuit ami lecteur et te dis à bientôt! Je vais peut-être m'endormir devant un petit X-files tiens...