Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

à propos de moi - Page 3

  • "Il ne faut jamais oublier que la télévision n’est qu’un appareil électroménager." Bruno Cremer

    Catégories : Films, Samedi série

    Bonjour ami lecteur!


    Lors d'une récente conversation avec mes beaux-parents, je leur disais que je me passerais facilement de télévision car je la regarde très peu. Ce manque d'intérêt pour le petit écran ne relève nullement du snobisme intellectuel; simplement je lis les informations sur internet, je ne suis pas une grande fan des jeux TV, pas fan du tout de télé-réalité, et mes séries fétiches passent rarement sur nos chaînes.

    Cette phrase anodine a pourtant débouché sur une réflexion sur la qualité de la télé: abrutisseur de masses ou divertissement enrichissant après sélection attentive?

    Guy Bedos, dont je ne partage pas toujours les points de vue, mais qui a le sens de la formule, disait il y a quelques années: "Depuis que toutes les chaînes se livrent cette bataille pour l'audimat, parler de l'intelligence à la télévision, c'est comme si l'on distribuait des guides gastronomiques au Sahel."

    Pardon, mais c'est trop bon. Merci à mon frère Cornelius pour la transmission

    Et comme Bedos, j'ai la sensation que la qualité du programme est souvent inversement proportionnelle au taux d'audience. Tiens, regarde ce soir: Camping Paradis, Eté Party 80 à Dax, L'amour est dans le pré... Ça promet tout de même des discussions philosophiques à bâtons rompus dans les familles!

    Je ne dénigre en aucun cas les personnes qui aiment et regardent ce type de programmes dans la mesure où ça les fait rire et les détend d'une journée fatigante, on a tous nos plaisirs coupables (je te rappelle au passage que j'adore Barnaby, ce qui me vaut des moqueries régulières mais j'assume). Mais tu conviendras aisément avec moi, ami lecteur, qu'on apprend pas grand chose en les regardant.

    Pourtant quand j'y repense, j'ai été une télévore quand j'étais ado, et j'avoue que je ne regardais pas toujours (quasiment jamais) des programmes éducatifs! J'affectionnais surtout les séries:

    - policières: 21 Jump Street, Les dessous de Palm Beach, Hong Kong Connection. Tu ne connais pas la dernière? C'est normal, ça n'a pas été diffusé très longtemps et n'a pas eu d'audiences mirobolantes, pourtant c'était bien. Ca faisait des années que je cherchais des infos dessus sans rien trouver et toutes les personnes à qui j'en parlais ne connaissaient pas. Je finissais par me demander si je n'avais pas rêvé cette série, jusqu'à ce que...

    ... Je retrouve le générique sur YT et le pilote en VO (bien que comme la plupart des pilotes, ça ne casse pas des briques). J'espère que l'aimable diffuseur a le reste de la série dans ses archives!

    - rétro: Ma sorcière bien aimée, Mission Impossible, Amicalement vôtre et évidemment Chapeau melon & Bottes de cuir

    - fantastiques: Manimal (je trouvais ça génial de pouvoir se transformer en n'importe quel animal. Attends... Je trouve toujours ça génial en fait!), Highlander (Et oui, puis Adrian Paul était beau), Les contes de la crypte (Je me demande si c'est toujours la sonnerie de portable de Juanita ;-) et puis THE série qui a marqué ma génération, j'ai nommé X-files.


    The X-Files - intro par HatakTRAILERS

    Pour le plaisir

    C'est d'ailleurs une série qu'Angélas et moi aimons autant l'un que l'autre, on a l'intégrale en DVD, même si personnellement j'avais un peu décroché après la disparition de Mulder. Côté épisodes cultes, Angélas vote pour "Triangle", moi pour "Le pré où je suis mort" côté contenu et "Le shérif a les dents longues" côté poilade.

    - Et enfin un peu d'humour avec la corrosive Daria, les Bundy de Mariés 2 enfants, et Blackadder.

    512YQoR0HFL.jpg

    Cette série est tout bonnement fabuleuse

    Black Adder me permet d'effectuer grâcieusement ma transition vers une chaîne chère à mon coeur: Arte.

    Je sais, tu vas me dire que ça fait vaguement pseudo intello qui se la raconte de dire ça, et pourtant non. J'adore la chaîne franco-allemande, elle m'a fait découvrir des centaines d'excellents programmes, à commencer par Black Adder qui m'a démontré que Rowan Atkinson était bien loin de n'être que M.Bean, mais qu'il était en revanche bel et bien un des génies comiques de son temps. Mais aussi: la série Absolutely Fabulous, ce film hors normes qu'est Harold & Maude, l'exposition Documenta à laquelle je rêve d'aller depuis (un jour viendra!), et puis le dernier cadeau en date: L'agence n°1 des dames détectives. Il s'agit de l'adaptation des romans d'Alexander Mc Call Smith avec la chanteuse/actrice Jill Scott incarnant Mma Ramotswe. Et ça crois-moi ami lecteur, ça illumine mes jeudis soirs, mais plus pour très longtemps car les deux derniers passent cette semaine. J'aime jusqu'au générique:

    Musique de Gabriel Yared forcément! C'est également le dernier projet sur lequel a travaillé Anthony Minghella.


    Je remercie donc publiquement les gens d'Arte pour la qualité de leurs programmes qui ne se dément pas avec les années! La seule chose qui me laisse perplexe chez eux, c'est leurs jingles. Si tu les as vus, je crois que tu comprends de quoi je parle.

    Si Arte est ma chaîne de prédilection, j'appréciais aussi, quand j'habitais là-haut dans le Nord, de pouvoir capter la RTBF (Là où j'ai découvert La fureur dans le sang) et la BBC. Quand je sortais de cours à la fac et que je rentrais chez moi pour manger, j'avais le temps de regarder Garden Invaders et Bargain Hunt, ça rechargeait mes batteries pour l'après-midi (Si tu te poses la question, oui à 20 ans, j'aimais déjà les jolis jardins et la chasse aux antiquités, c'est mon côté Vieille Angleterre).

    Et aujourd'hui, j'ai vu deux documentaires vraiment intéressants:

    - Q.I., Histoire d'une imposture sur France 5, ou comment un test pour déterminer les élèves en difficulté scolaire a ouvert une voie royale aux eugénistes

    - Bienvenue dans la vraie des femmes sur LCP, une analyse de la condition des femmes françaises de nos jours pour laquelle de gros progrès peuvent encore être réalisés. J'y ai, entre autres, appris qu'en Norvège, suite à la promulgation d'une loi, les compagnies cotées en bourse doivent nommer au moins 40% de femmes au Conseil d'Administration. Ça me chagrine mais j'ai l'impression qu'en définitive il n'y a pas d'autres solutions que la punition pour pousser certains dirigeants à repenser leur politique de ressources humaines.

    Je t'inflige toute cette logorrhée, ami lecteur, pour en arriver à la conclusion qu'à mon humble avis la télévision peut être un formidable vecteur de savoir, de culture, et bien sûr de détente quand on fait un peu de tri dans la jungle de cette diffusion sur des dizaines de chaînes, et ce 24H/24, 7 jours / 7.

    Et toi ami lecteur, pour ou contre la télé? La télé-réalité? Le journal de Jean-Pierre Pernaut (non je plaisante, je vais le lâcher le JPP)? Quelles sont les chaînes que tu regardes le plus? Les programmes qui ont vraiment compté? Bref, je suis curieuse, je veux tout savoir!

    En attendant la suite, je te souhaite une bonne nuit ami lecteur et te dis à bientôt! Je vais peut-être m'endormir devant un petit X-files tiens...

  • J'adorerais changer le monde, mais pas moyen de mettre la main sur le code source (Blague de geek bien connue)

    Cher ami lecteur, je t'ai déjà parlé de mon voeu pieux de sobriété heureuse, mais il faut que je t'avoue qu'il y a deux choses dans la vie qui me font perdre tout sens commun: les livres et les boucles d'oreilles. J'ai beaucoup de difficultés à ressortir d'une librairie sans au moins trois livres, et je ne te raconte même pas le carnage quand je commande en ligne et que je n'ai pas la contrainte du poids à trimballer!

    bookstore addict.jpg

    Ça c'est tout moi, d'ailleurs si la boutique pouvait monter le badge en boucles d'oreilles...

    Deuxième névrose: les boucles d'oreilles donc. J'en ai une collection assez impressionnante (j'ai arrêté de compter), mais j'en porte tous les jours et ce sont les seuls atours sans lesquels je ne sortirais pas. Qu'importe d'aller le visage nu, le cheveu en bataille, avec un look de Mardi-Gras pourvu que le chou-fleur soit serti! Bon je force un peu le trait, je ne suis pas une souillon non plus hein.

    Or, ce matin en choisissant la paire de b.o. du jour, je me suis fait la réflexion suivante:

    "Fichtre Glorifine, il y a une grosse tendance geek dans ta collection tout de même!"

     Je te laisse juger d'après la photo suivante ami lecteur...

    Bijoux geek.JPG

    Si CA n'est pas de la mode régressive...

    Matriochkas, Pommes, South Park: Da Wanda / 8 ball, Panthère Rose, Boussoles, Champignons Mario: Etsy / Trèfles, Tetris, Citrouilles: Créations Glorifine Loquace / Chats Emily the Stange et créoles: je ne sais plus, désolée

    Rassure-toi, j'ai aussi des boucles d'oreilles pour jouer à la grande et avoir l'air d'une adulte sérieuse et responsable dans le monde professionnel! Mais là n'est pas la question. De mon constat matinal, j'en suis venue à me demander si j'étais ou non une geekette et, au-delà de ça, ce que signifiait vraiment être geek.

    Jean-Pierre Pernaut ou Claire Chazal te diraient sûrement que le geek est un jeune vissé à son ordinateur, en rupture avec la société, qui ne fait rien d'autre que jouer à des jeux en réseau violents. On le reconnaît aisément à son teint blanc comme une merde de crémier (© Jean-Claude Convenant) et à ses cernes bleus dûs respectivement à un manque de soleil et de sommeil. Il se distingue du gothique par son attitude vestimentaire plus décente mais n'en est pas moins dangereux. Si on n'y prend pas garde, il peut devenir sociopathe ou psychopathe... Je n'ai pas le sentiment d'avoir beaucoup exagéré ma description fictive, quand je suis d'une écoutille distraite les émissions TV traitant du sujet, c'est vraiment ce que j'ai l'impression d'entendre!

    De mon côté, je ne suis pas fan des étiquettes et j'aime mieux parler d'une culture geek, à laquelle on peut adhérer en tout ou seulement en partie. Cette culture est très riche, elle se nourrit d'une multitude de sources: jeux vidéos et de plateau, cinéma fantastique et de genre, comics et mangas, nouvelles technologies... Il y en a pour tous les goûts et je ne saurais résumer l'étendue de ce courant en quelques lignes! Cela dit, je te recommande chaudement ce très bon documentaire "Suck my geek", qui donne déjà bon nombre de pistes pour mieux comprendre le "mouvement".

    Suck My geek from Kilian on Vimeo.

    Je trouve l'entretien avec Bernard Werber particulièrement intéressant

    Et la geekette en particulier? Tu peux en avoir une illustration assez fidèle dans l'article "La chasse à la geekette" du blog Geekage au féminin (J'aime beaucoup la première illustration).

    Enfin, moi Glorifine Loquace, puis-je être considérée comme une geek?

    Il y a des éléments troublants:

    - Je commence ma journée en déjeunant devant mon PC, je lis les infos et regarde la météo (Je pourrais tourner la tête à droite et regarder par la fenêtre, mais non)

    - Je ne sais plus trop à quoi servent les outils suivants, je dois les "étiquetter"

    4930785927_da3f579751_o.jpg

    - Je comprends Angélas quand il me parle des lags et des noobs sur Call of Duty

    - J'ai ri à cette blague: "Tout le monde sait que si l'on passe un DVD de Windows à l'envers, on entend des chants sataniques... Mais il y a pire : si on le passe à l'endroit, ça installe Windows!"

    - Je surkiffe la déco de cet appartement

    - J'adore les émissions Mange mon geek, J'irai loler sur vos tombes, Retro Game One, Le joueur du grenier, les Toy Stories de James May, Opération Frisson...

    - Je lis des mangas (Black Butler, Nodame Cantabile, je voue un culte à XXXHolic), des comics (Courtney Crumrin, The Goon), des BD (Blacksad, tout Bilal, Donjon)

    - J'étais fan des Chevaliers du Zodiaque quand j'étais petite, j'avais même une figurine de Shiryû (le chevalier du dragon pur les nuls ;-)

    - Final Fantasy VII a bouleversé ma vie (et dévoré une petite centaine d'heures de celle-ci)

    - J'aime tous les films de Simon Pegg et Nick Frost (mention spéciale à Hot Fuzz)

    - Je veux cette boîte à bonbons

    - Je rêve de ce genre d'escaliers pour ma prochaine maison:

    toboguan.jpg

    Il y aurait encore beaucoup de pièces à rajouter à un dossier déjà bien chargé mais je m'arrêterais là car je ne me considère définitivement pas comme une geekette et ce pour deux raisons:

    1.  Sans être une bille totale, je suis loin d'être un génie de l'informatique! Les discussions enfièvrées jusqu'à l'aube sur mon système d'exploitation favori, le nombre de langages de programmation que je maîtrise (en l'occurence aucun) ou la signification du nombre 42: très peu pour moi.
    2. Je suis incapable de me cantonner à un seul genre. Comme dit dans une note précédente, je suis une dilettante. Je peux m'intéresser aussi bien aux cultures gothique, steampunk, geek, hip hop et d'autres encore, sans que ça me paraisse étrange ou incompatible. Comme je le dis souvent: en matière de culture, je bouffe à tous les râteliers!

    Mais... Je dois bien reconnaître un petit faible pour les geeks. Peut-être parce que, comme l'explique Alexandre Astier dans SMG, il y a une partie de moi qui refuse de grandir. Du coup je pense à cette chanson qui me parle vraiment et qui fera office de conclusion de billet:

     Chiddy Bang "Opposite of adults"

    J'oubliais, en parlant d'oreilles, j'ai découvert cette magnifique expression "avoir les esgourdes qui font de la chaise longue" qui signifie être sourd, ça me plaît bien.

    La prochaine fois, je te parlerais de poudres magiques (nan, pas de la drogue), en attendant bonne nuit à toi ami lecteur!

     

  • Dis Glorifine, pourquoi ne manges-tu plus de viande ni de poisson?

    J'ai fêté récemment et allégrement ma 1ère année de végétarisme. Or depuis ma conversion, j'entends régulièrement la question ci-dessus, enfin dans le meilleur des cas... Dans les autres, je peux avoir droit à des levers d'yeux au ciel, à un jugement silencieux mais perceptible, voire à une remise en question de mes facultés intellectuelles du type "Aurais-tu intégré une secte?" (Mon Papa mi-inquiet, mi-caustique). Je plaisante mais n'exagère que très peu. Le végétarisme français reste encore anecdotique, les végétariens ne représenteraient que 2% de notre population contre respectivement 7 et 9% chez nos voisins anglais et allemands. L'Inde, championne en titre, compterait 31% de végétariens! Quant à la Chine, son Premier Ministre, Wen Jiabao, a mis en place une campagne de promotion pour "Une journée végétarienne par semaine"; les objectifs premiers sont la bonne santé du peuple et la préservation de l'environnement... Ça me laisse rêveuse tout ça!

    En France, la cuisine traditionnelle ne peut se penser sans protéines animales: charcuteries ou crustacés en entrée, viande ou poisson en plat de résistance, fromage avec présure animale, desserts et confiseries avec gélatine: impossible d'y couper! Alors certes, la cuisine française est un art véritable, reconnu au patrimoine de l'Unesco, et je ne condamne absolument pas les "omnivores", mais est-on tenu de manger autant d'animaux? Au-delà des sensibilités particulières propres à chacun, cette consommation n'est-elle pas nocive pour notre santé, notre budget et notre planète? Je me suis posée toutes ces questions il y a plus d'un an et me suis copieusement documentée avant de devenir "VG", je vais donc t'exposer, ami lecteur, mes principales motivations. Cette démarche permettra de répondre aux interrogations de bon nombre de mes accointances et peut-être, je l'espère du moins, d'en sensibiliser certains à cette question de la surconsommation d'animaux.

    Je suis devenue végétarienne parce que:

    1. "Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis" comme disait si bien cette chère Marguerite Yourcenar. C'est la raison majeure de ma conversion. Pendant des années, j'ai fait taire ma conscience en dissociant la viande dans mon assiette de l'animal qui vivait quelques jours plus tôt... Jusqu'au jour où ça ne m'a plus été possible.
    2. Les conditions d'élevage et d'abattage relèvent, en dehors de l'agriculture biologique, de la barbarie. Animaux parqués dans l'obscurité, alimentation parfois douteuse (souviens-toi, entre autres, de l'ESB), survaccination, conditions d'abattage révoltantes (cf. l'affaire Charal)...
    3. Résultante directe de la motivation 2 -> une qualité de viande de plus en plus médiocre. La viande du supermarché est peut-être moins chère que celle du boucher, mais payer 2 ou 3 € la portion d'un produit malsain, c'est toujours trop cher selon moi! Conclusion: tant qu'à manger de la viande, autant en manger un peu moins souvent et l'acheter chez le boucher de ton quartier, tu seras gagnant aussi bien du point de vue financier, gustatif que médical, et ça fera marcher le commerce de proximité.
    4. J'ai réalisé le mythe des protéines animales. Dans nos familles, à l'école, chez notre médecin, on nous apprend que manger de la viande est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme (Je me rappelle qu'à 13 ans, mon médecin traitant avait préconisé de manger des abats pour pallier à une anémie -> "Heu doc, ça va pas être possible, va falloir trouver autre chose". Pour finir, elle m'avait prescrit des compléments, on peut toujours s'entendre!). Il faut effectivement des protéines à notre corps, mais pas nécessairement d'origine animale, et pas en aussi grande quantité que ce que l'on croit! Bien au contraire, manger trop de viande est mauvais pour la santé, l'UVE l'explique très bien ici.
    5. L'élevage intensif constitue une grave nuisance pour l'environnement: déforestation, pollution des sols et des cours d'eau, réchauffement climatique... Avec une population mondiale qui devrait atteindre les 9 milliards en 2050, les choses ne promettent pas de s'améliorer.
    6. J'adore les légumes. Il fallait bien finir sur une note positive après ces considérations déprimantes! La cuisine végétarienne permet de (re)découvrir de nombreux ingrédients et de nouvelles façons de les accommoder; elle peut être savoureuse, conviviale, bénéfique pour qui veut bien s'y intéresser, alors à tes fourneaux ami lecteur!

    Pour aller plus loin:

    La cause animale:

    http://www.one-voice.fr/

    http://www.animal-cross.org/

    Le documentaire "Earthlings" de Shaun Monson, commenté par Joaquin Phoenix: tu peux le regarder sur Google Vidéos, mais si tu es sensible, accroche-toi. Je suis renseignée sur le sujet et malgré ça, j'ai pleuré abondamment (de tristesse, de rage, d'impuissance) et j'en ai fait des cauchemars pendant plusieurs nuits...

    Le végétarisme

    "Sans viande et très heureux" de François Couplan, Chez Edisud

    "La cuisine végétarienne facile et gaie" d'Agnès Florian, Chez Bio-Espace Editions

    L'Union Végétarienne Européenne

    Association Végétarienne de France

    L'agriculture biologique

    "Guide du consommateur bio" de Rachel Frély, aux Editions Josette Lyon

    L'agence Bio

    Les blogs cuisine que j'aime

    Biogourmand

    Petites idées pour grandes utopies

    Suitable for Vegetarians (Mon éternelle gratitude va à cette demoiselle pour sa recette d'oeufs en gelée avec agar agar!)

    Vegansfields (en clotûre, c'est bien dommage, chaque recette testée a été un délice: merci OW!)

    Végécarib

    Voilà ami lecteur, tu en sais davantage sur le pourquoi du comment je suis devenue végétarienne. J'ai peu de certitudes, mais je ne pense pas faire marche arrière, c'est un choix de vie mûrement réfléchi et auquel je crois un peu plus chaque jour. Si tu as des questions ou des remarques, elles sont les bienvenues!

    En attendant, je te souhaite une bonne nuit, moi je crois bien que j'ai attrapé un ptit rhub' après avoir traîné 20 mn dans mon bled sous la pluie à la recherche de l'éclipse lunaire... en vain. Pas de belle lune rouge pour moi car trop de nuages: vive l'Ouest!