Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

challenge halloween - Page 2

  • Samedi série: Dracula

    Catégories : Samedi série

    Série télévisée américainede 2013 créée par Cole Haddon et Tony Krantz

    Avec Jonathan Rhys Meyer, Jessica De Gouw, Thomas Kretschmann, Victoria Smurfit, Oliver Jackson Cohen

    Diffusion: NBC

    La série comporte une saison, la deuxième ayant été annulée faute d'audience

    002_FULL.jpg

     

    Synopsis:

    Dracula arrive dans le Londres de l'époque Victorienne, affirmant pouvoir y apporter la science moderne. En réalité, le célèbre vampire y est venu se venger de ce peuple qui a ruiné sa vie quelques siècles auparavant. Mais son sombre dessein est contrarié par... une jeune femme, dont il s'éprend éperdument et qui semble être la réincarnation de sa défunte épouse.

    Une petite bande-annonce pour compléter la présentation:

     

     Oh tiens, une adaptation de Dracula? Voilà qui est inédit!

    Je m'étais dit "Non Glo, tu ne céderas point, tu ne regarderas pas cette série". J'ai tenu bon sans grande difficulté jusqu'à ce matin d'octobre où j'avais juste envie de végéter dans mon canapé avec mes chats et un bon thé...

    Ce cher Dracula était là dans mon salon, dans ma télé, en sélection sur mon Netflix (je sais, Netflix n'est pas qu'à moi, mais tu vois le topo quoi)! J'ai dit "Bon ok, je te laisse une chance le comte, surprends-moi".

    Pour la surprise, on repassera. Mais enfin, ça n'était pas si décevant que ce à quoi je m'attendais.

    Du point de vue du scénario, les auteurs ont pris de grandes libertés avec le livre de Bram Stoker. Dans cette adaptation, Dracula - aka Alexander Grayson pour le tout Londres - tient plus du businessman adepte des manigances que du vampire bestial et cruel. Il tient à révolutionner le monde industriel et par le même biais, la vie des londoniens, en devenant au passage capable de supporter les rayons du soleil. Le diurnambule? Ah non, ça n'est pas lui.

    blade-ii.jpg

    "Tu m'amalgames avec JRM? Tu cherches les problèmes petite?"

    Blague à part, j'aime beaucoup les Blade, surtout celui de Guillermo Del Toro 

    L'histoire d'amour avec Mina est somme toute très mièvre, dans le genre "je l'aime, mais je ne peux pas l'aimer, ou alors de loin, dans le noir et en secret, ah je suis malheureux!". Pas de romance palpitante donc.

    Le jeu du chat et de la souris entre Dracula et l'Ordre est néanmoins plutôt bien mené, et c'est ce qui fait qu'on a envie de regarder les épisodes suivants, pour savoir si notre illustre immortel se fait choper ou pas.

    Côté acteurs... 

    J'ai été agréablement surprise par la prestation de Jonathan Rhys Meyer qui incarne un vampire ayant soif (huhu) de réussite et de reconnaissance sociale, torturé par des souvenirs douloureux et qui se laisse émouvoir malgré lui par certains mortels (Mina bien sûr, mais aussi Renfield et Lady Wetherby). En revanche, j'ai beaucoup moins apprécié l'interprétation de Jessica De Gouw qui est très occupée au fil des dix épisodes à conserver l'expression de biche effarouchée de son personnage. Je n'ai rien contre cette actrice que je n'ai pas vu dans d'autres rôles, mais j'ai quand même eu la sensation persistante d'être face à une sous Kate Beckinsale dans Underworld (qui ne dégageait déjà pas, elle-même, un charisme de malade dans le rôle de Selene).

    dracula.jpg

    Regard perdu + bouche entrouverte = le cliché de l'ingénue qui m'indispose

    Au niveau des seconds rôles: Thomas Kretschmann campe un Van Helsing hélas insipide et Oliver Jackson Cohen un Harker antipathique. Par contre, Nonso Anozie (vu dans Game of Thrones) et Victoria Smurfit (vue dans Scotland Yard) sont excellents.

    Concernant cette dernière, on notera que le côté Dominatrix de Lady Wetherby est sans doute un peu excessif:

    NUP_155255_4504.jpg

     T'as ptêt les crocs Dracu, mais moi j'ai un grand couteau

    Côté décors enfin, j'ai eu peur lors du premier épisode où la réalisation a eu la main lourde sur les décors 3D. Je ne suis pas très friande des décors "fond vert", à moins qu'ils ne soient aussi parfaits que ceux de Game of Thrones. Heureusement, ils se sont calmés par la suite.

    Les décors intérieurs sont globalement réussis et Carfax possède une atmosphère élégante et colorée, ce qui change positivement des décors gothico-lugubres habituels.

    21056961_20131112145114152.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     

    En conclusion, si on accroche difficilement au premier épisode, la série s'améliore sensiblement au fil de la saison. Elle n'offre rien de révolutionnaire, elle est même loin d'être exempte de défauts, mais elle constitue tout de même un honnête divertissement.

     

    Série regardée dans le cadre du Challenge Halloween

    2063462887.jpg

  • "Les Simpson, la cabane des horreurs / Tome 1: Fais-moi peur!", Collectif

    Catégories : Livres

    Éditeur: Jungle

    Date de parution: 04 Novembre 2009

    Nombre de pages: 47 pages

    Résumé:

    Imaginez que votre sapin de Noël soit un extra-terrestre venu conquérir le monde, ou bien que vous vous réveilliez dans la peau du monstre de Frankenstein. Non, vous n'êtes pas en plein cauchemar mais bien dans " la cabane des horreurs " des Simpson, plus terrifiants que jamais dans cette nouvelle série ! Un bon conseil : restez les yeux bien ouverts.

     

    téléchargement (2).jpg

    Qui ne connait pas les Simpson? Bientôt 25 ans d'existence à la télévision, 552 épisodes au compteur, ce n'est plus un dessin animé, c'est carrément une institution.

    Angélas et moi-même en sommes très fans, à tel point qu'on a dû passer dix bonnes minutes à rêvasser devant ce produit le weekend dernier chez Toys'R Us:

     

    1924953-les-simpson-debarquent-chez-lego.jpg

     

    En connaissance de cause, ma sœur Norberte avait offert la sympathique BD ci-dessus à son beau-frère pour Noël.

    Mais alors que vaut cet album?

    Et bien il est exactement ce qu'on attend de lui: un épisode des Simpson Horror Show sans animation. On y retrouve les blagues de Bart, la bonhomie d'Homer, le côté intello-guindée de Lisa, le chignon Tour de Pise de Marge et la toujours aussi silencieuse Maggie... Sans oublier mon personnage préféré (avec Bart): Grand-Père Simpson!

    Comme dans chaque Horror Show, les histoires ont un contexte particulier. Ici, la famille se rend au cirque de la ville, où Bart et Lisa rencontrent un homme au corps entièrement encré. Les tatouages ont un effet hypnotique car ils racontent de terribles contes à ceux qui les contemplent.

    La mise en situation est donc habile et originale, et on parcourt l'histoire extrêmement facilement et rapidement.

    Ce premier tome de la série est un album qui n'est ni terrifiant ni hilarant, mais qui se lit tout de même avec beaucoup de plaisir!

     

    20141104_151309.jpg

     

    Bande dessinée lue dans le cadre de:

    2063462887.jpg2944650521.jpg

     

     

     

     

     

     

  • "Monsieur Mardi-Gras Descendres: Bienvenue!" d'Eric Liberge

    Catégories : Livres

    Éditeur: Dupuis, Collection Empreintes

    Date de parution: 2 Juin 2004

    Nombre de pages: 48

    Résumé:

    Une glissade fatale sur la petite voiture que son fils avait oubliée dans la salle de bains, et voici Victor Tourterelle expédié sans transition de l'autre côté du miroir, au beau milieu d'un désert de craie, sous un ciel noir comme l'encre. Pas un bruit, pas une âme. De son nouvel état, Victor se réjouit d'avoir encore toute sa conscience, qui est bien plus claire que sur Terre ! Mais de son corps, il ne reste que les os. Hagard, le trépassé n'imagine pas qu'il est à l'aube de l'aventure la plus folle qu'aucun défunt n'ait jamais tentée une fois débarqué dans l'autre monde.

    téléchargement (1).jpg

    J'avais évoqué brièvement "Monsieur Mardi-Gras Descendres" lors d'un Challenge Halloween précédent, et j'ai décidé d'approfondir le sujet pour cette édition.

    La bande dessinée s'ouvre sur un squelette tout à fait vif, perdu au milieu d'un désert aride en noir et blanc. Victor Tourterelle sait qu'il est mort mais n'a aucune idée d'où il peut être et, sans personne à qui parler, il s'ennuie ferme.

    Soudain surgit un facteur à vélo, uniquement vêtu de ses os et de sa casquette, qui vient lui donner une lettre et "l'oblitérer"... S'ensuit alors une suite de situations ubuesques, très drôles bien qu'assez tragiques pour notre pauvre protagoniste.

    20141104_120511.jpg

    L'oeuvre d'Eric Liberge possède une thématique forte et des idées originales. Sa vision du purgatoire diffère de tout ce que j'avais pu lire jusqu'alors, ici les morts "vivent" des déchets humains, ont des prothèses squelettiques faites de pièces d'occasion en tous genres, et rêvent juste... d'un bon café!

     

    20141104_121855.jpg

     

    Un excellent album relu dans le cadre de:

    2063462887.jpg2944650521.jpg