Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fantastique - Page 2

  • Le Territoire des Ombres : Le secret des Valdemar

    Catégories : Films

    Film espagnol de Jose Luis Aleman en deux parties, sorties en 2010 et 2013 en France

     

    le_territoire_des_ombres.jpg130916013813429004.jpg

     

    Synopsis:

    1874. Lazaro Valdemar, riche photographe, s’installe avec sa famille dans une vaste demeure victorienne pour y fonder un orphelinat. Il apprend alors que la bâtisse a été édifiée à un emplacement décrit par de nombreux ouvrages ésotériques. Lorsque sa femme tombe malade, il se livre bientôt à d’étranges expériences occultes dans le but de la guérir. Les forces qu’il va réveiller alors dépassent tout ce qu’il peut imaginer…


     

    Mon avis:

    Aujourd'hui, si je suis la programmation du Challenge de Lou et Hilde, j'étais sensée te parler d'un classique de la littérature fantastique. C'eût été avec un réel plaisir, mais comme je suis dépassée par les événements, je vais me contenter de te parler de l'adaptation de l'univers d'un auteur incontournable de la littérature fantastique, j'ai nommé H.P. Lovecraft.

    Pour être plus précise, le film se réclame de l'univers de Lovecraft mais rajoute une petite pincée d'Edgar Poe (ne serait-ce qu'avec le nom du protagoniste qui n'est pas sans rappeler sa nouvelle "La Vérité au sujet du cas de M. Valdemar") et convoque même une figure ayant réellement existé en la personne d'Aleister Crowley.

    Pourquoi ai-je choisi ces films?

    Sans être une fanatique, j'apprécie l'oeuvre de Lovecraft, je suis en général séduite par les films de genre espagnols contemporains et l'affiche originale du film avait achevé de me donner l'envie de regarder cette production.

     

    laherencia.jpg

     

    J'ai passé un bon moment durant ces trois heures de visionnage. L'image, les décors et les costumes sont superbes. Les acteurs sont plutôt bons et la mise en scène est soignée.

    Les passages entre passé et présent s'enchaînent bien et l'histoire n'est jamais confuse. Certes le film souffre de quelques lenteurs...

     

    paul-naschy.jpg

    Pardon maître, je m'étais assoupi dans la remise

     

    ... Mais je me dis aussi que les œuvres de Lovecraft ont un tempo assez lent. Ce qui me gêne plus est un problème de rythme: certains passages sont presque à bailler d'ennui (la conversation dans le train, le dialogue entre Luisa et ses ravisseurs) alors qu'on aurait voulu en voir d'autres un peu plus développés (la séance occulte ou encore l'apparition de Cthulhu qui a un goût de trop peu).

     

    cthulhu-primera-imagen.jpg

    Bon t'es contente, tu m'as vu. Je peux aller détruire la Terre maintenant?

     

    Mais ne boudons pas notre plaisir, "Le territoire des Ombres" a bien plus de qualités que de défauts et a le mérite de donner une dimension cinématographique à l'oeuvre de Lovecraft qui, bien que très prisée par les amateurs du genre, reste mal connue du grand public.

    Un point bonus? Y a du beau gosse. Je sais c'est futile mais toujours agréable à regarder.

     

    wenn3330320.jpg

    daniele-liotti.jpg

     

     

    Óscar Jaenada et Daniele Liotti

     

    Une série qui vaut le détour vue dans le cadre du Challenge Halloween.

     

    challenge.jpg

  • "Les lames du Cardinal" de Pierre Pevel

    Catégories : Livres

    Je ne sais pas trop ce qui m'arrive depuis le début de l'année, je ne lis quasiment que du fantastique. Je crois que c'est un épisode de boulimie inconnu jusqu'à ce jour, étant en général plutôt éclectique dans mes lectures. Comme tu l'auras remarqué, je n'arrive pas à beaucoup blogger ces temps-ci (accaparée que je suis par les préparatifs du mariage) donc je te le dis là, ici et maintenant -> les grands coups de coeur SF de 2013 sont:

    1 - "Le quadrille des assassins" d'Hervé Jubert: Merci à Syl pour le conseil lecture!

    2 - "Faërie" de Raymon E.Feist: Merci à Acr0 pour le conseil lecture!

    ♥ Oui, vive les partenaires de Challenge ♥

    Et, last bur not least, "Les lames du Cardinal" de Pierre Pevel. Pas de remerciement pour celui-ci, si ce n'est à l'illustrateur/trice dont je n'ai pas le nom à l'instant (pour cause de prêt du livre à Norberte) mais qui a fait du beau boulot! 

    pierre pevel,lames du cardinal,mousquetaires,richelieu,dumas,complot,dragons,magie noire,réalisme magique

     

    De quoi ça parle?

    En 1633, Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Mais des dragons se dissimulent parmi les humains et complotent pour conquérir le pouvoir. La Cour d'Espagne est déjà tombée dans leurs griffes. Richelieu reçoit en secret un bretteur exceptionnel, le capitaine La Fargue. Il souhaite reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis : les Lames du Cardinal.

    J'aime beaucoup les romans de cape et d'épée et j'étais curieuse de voir ce que pouvait donner le mélange des genres proposé par Pierre Pevel. Après tout, des dragons et des mousquetaires, c'est nettement moins courant que des dragons et des chevaliers de la Table Ronde.

    J'ai beaucoup aimé le résultat! Le livre raconte principalement la réunion d'une ligue de mousquetaires-espions quelques années après leur séparation dans des circonstances douloureuses. La troupe se regroupe au fil des pages, assemblée de personnages droits dans leurs bottes, guerriers d'élite, unis par un esprit d'équipe en acier trempé et un vrai sens de la raison d'Etat quand plus d'un aurait envoyé paître Richelieu...

    Je remercie Pierre Pevel d'avoir crée le personnage d'Agnès, femme libre et courageuse, très éloignée de la damoiselle en détresse. Une Milady à sa façon mais du côté des gentils cette fois, ce qui répare un peu mon chagrin adolescent à la lecture de la fin tragique de Lady de Winter.

    Pour en venir aux dragons, ils sont déclinés en variation pyramidale: la noblesse = les dragons ancestraux, les serviteurs/animaux de compagnie de la noblesse = les dragonnets, les gueux dégénérés = les dracs. On trouve aussi des créatures hybrides telles que Saint-Lucq et une maladie mortelle que les hommes contractent mystérieusement au contact des dragons: la rance, un sympathique mélange de peste noire et de lèpre.

    Toutefois, la fantasy est loin d'être omniprésente dans ce roman et fait la part belle à l'esprit de chevalerie et aux complots obscurs. On est bien dans du réalisme magique très bien maîtrisé.

    J'ai juste eu une petite frayeur arrivée aux trois quarts du livre quand je me suis dit que les Lames étaient à peine reformées. J'ai craint que le premier tome de cette trilogie ne soit qu'une introduction qui se termine en queue de poisson. Mais que nenni! L'auteur déroule une trame très efficace et la dernière partie du livre est un véritable feu d'artifices et clôt un premier tome qui pourrait en fin de compte se suffir à lui-même. Ce qui ne m'empêchera pas de lire avidement les deux autres tomes!

    A noter que le succès grandissant de l'oeuvre a conduit à une adaptation en jeu de rôle, pour en savoir plus c'est par ici et par là!

    Bon weekend et à bientôt ami lecteur!

  • "Sans âme" de Gail Carriger

    Catégories : Livres

    Cela fait deux Halloween que je lis les avis, généralement enthousiastes, de mes copinautes de challenge. Deux ans que je résiste à la série de Gail Carriger...

    D'un côté, j'étais apatée par l'époque victorienne à la sauce  fantastique avec nos éternels (et légèrement surreprésentés ces temps-ci) amis loups-garous et vampires.

    D'un autre côté, j'étais rebutée par cette même combinaison qui est devenue à peu près aussi rare en littérature fantastique qu'une réflexion bien sentie sur le terroir français dans la bouche de Jean-Pierre Pernaut...

    Bref. Ce qui devait arriver arriva: j'ai fini par venir moi aussi à "Sans âme", le premier tome de la série "Le protectorat de l'ombrelle". Me voilà donc aujourd'hui, ami lecteur, te livrant ce qui est peut-être le 354 872e avis sur les aventures d'Alexia Tarabotti.

     

    Résumé:

    Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté ! 
    Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. 
    Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

     

    sans âme.jpg

     

    Ne nous leurrons pas, ce livre est un petit plaisir coupable, façon macaron à la myrtille (j'en salive rien que d'y penser). C'est léger, c'est drôle, les relations entre Alexia et Lord Maccon sont pimentées à souhait. Comme le macaron précedemment cité, ça laisse une agréable saveur sucrée en mémoire... Mais ça n'est pour autant pas très consistant.

    Car il ne se passe pas grand chose en vérité dans "Sans Âme". L'enquête d'Alexia sert plutôt de toile de fond à son personnage: son caractère impétueux, ses toilettes apprêtées, sa famille aussi délicate et pleine de tact que celle d'Elizabeth Bennet, son ami vampire et dandy, et enfin ses relations pour le moins ébouriffantes avec Lord Maccon, loup-garou Alpha de son état.

    Au crédit de l'auteur, la trouvaille de l'état de sans âme est intéressante bien qu'elle gagnerait, à mon humble avis, à être étoffée. On comprend juste qu'Alexia est une paranaturelle, ce qui ne la différencie pas outre mesure des autres êtres humains si l'on excepte le fait, relativement appréciable, qu'elle peut annuler les pouvoirs d'une créature surnaturelle par simple contact corporel. 

    Néanmoins, je n'ai pas boudé mon plaisir. j'ai dévoré ce livre en deux jours et j'ai souvent souri aux boutades de Gail Carriger.

    Morceau choisi:

    "Toute la bonne société londonienne considérait l'Ecosse comme un endroit barbare. Là-bas, les meutes faisaient peu de cas des raffinements des gens diurnes. Les loups-garous des Highlands avaient la réputation de faire des choses atroces et totalement injustifiées, comme porter des vestes d'intérieur à la table du dîner."

    En conclusion, si "Sans Âme" ne t'apportera pas de brûlants sujets de réflexion, il n'en reste pas moins une lecture très divertissante dont je découvrirais volontiers la suite.

     

    Bonne soirée et à bientôt ami lecteur!