Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

livres jeunesse - Page 2

  • "Blanche ou la triple contrainte de l'Enfer" d'Hervé Jubert

    Je sais ami lecteur, c'est terrible, mais on savait que ça allait arriver un jour: le challenge Halloween se termine. 

    Mais avant de remballer nos maléfices, il nous reste encore cette étape franchouillarde!

    J'ai fini mes lectures d'Halloween avec "Blanche ou la triple contrainte de l'Enfer" d'Hervé Jubert.

    Résumé:

    Paris, 1870. L'armée prussienne encercle la ville. Les Parisiens sont prisonniers et l'hiver s'annonce terrible. Blanche, 17 ans, est prise au piège comme les autres. Heureusement, son oncle Gaston, commissaire à la Sûreté, est là pour la protéger. Mais une enquête difficile le préoccupe... Un cadavre est retrouvé dans les jardins du Palais-Royal, un tatouage occulte sur le bras gauche. Blanche, passionnée par les méthodes d'investigation, se met en tête d'aider Gaston, et sa route croise bientôt celle d'un deuxième mort, tatoué lui aussi. Dans une ville guettée par la famine, la jeune fille plonge au coeur d'une terrible vengeance, aux frontières de la magie noire.

    blanche-ou-la-triple-contrainte-de-l-enfer-1.jpg

    J'ai été très agréablement surprise par "Blanche ou la triple contrainte de l'Enfer". J'avais lu que c'était un bon roman jeunesse, et je me suis retrouvée scotchée à un très bon roman d'enquête tout court.

    Première surprise: le style. Hervé Jubert possède une fort jolie plume, il a su à la fois adapter son style à celui des écrivains contemporains de l'époque de son roman (la fin du XIXe siècle), tout en gardant un verbe vivant et empreint d'humour.

    Deuxième surprise: la recherche documentaire exemplaire menée par l'auteur. J'ai particulièrement aimé cet aspect, d'autant que j'ai un faible pour cette période historique. Du siège de Paris par les Prussiens au fonctionnement de la police, en passant par la culture de l'époque: tout est vraisemblable et très détaillé. En bonus, Sarah Bernhardt joue un rôle non négligeable dans le roman. Cette femme me fascine et j'avais déjà été ravie de la trouver dans "Oscar Wilde et le cadavre souriant" de Gyles Brandreth.

    L'enquête en elle-même ne manque pas non plus d'originalité, on suit les avancées parallèles de Blanche et de son oncle, reconstituant ainsi les pièces du puzzle plus vite que les protagonistes, sans pour autant arriver à la bonne conclusion avant eux.

    Si vraiment je devais reprocher quelque chose à ce livre, je dirais que j'ai eu du mal à apprécier les descriptions de la gastronomie en temps de siège. A savoir comment accommoder chiens, chats, rats, avant de s'attaquer aux animaux du zoo. L'anecdote a beau être véridique (tu peux aller voir , c'est immonde), elle n'en donne pas moins le haut-le-coeur à la végétarienne que je suis.

    En conclusion, Blanche Paichain est un croisement réussi entre Sherlock Holmes et Indiana Jones, version parisienne en bottines, et je lirais avec plaisir les deux tomes suivants.

    Pour en savoir plus, Blanche a un site dédié, c'est par ici!

  • "Johnny et les morts" de Terry Pratchett

    Challenge Halloween de Lou & Hilde: Le cimetière

    Troisième lecture de ce challenge: "Johnny et les morts" de Terry Pratchett.

    johnny.jpg

    L'histoire:

    Johnny voit ce que les autres ne voient pas. Par exemple Johnny voit les morts dans le cimetère de Blackbury. Ni fantômes ni zombies; pas le genre à se relever pour aller danser avec Michael Jackson. Non, des gens comme les autres... du cinquième âge simplement. Tranquillement installés au cimetière.

    Sauf que le conseil municipal vient de vendre le cimetière et qu'on doit y construire des immeubles de bureaux. Pas d'accord, les morts! Ils ne vont pas nous marcher sur le ventre!

    Mon avis:

    Je sens que ce livre est bien parti pour être mon chouchou du challenge! Avec Terry Pratchett (comme avec son pote Neil Gaiman d'ailleurs), je ne suis jamais déçue. Il y a une ambiance particulière dans toutes ses oeuvres. D'abord, il y a des personnages qu'on quitte à regret. L'auteur décrit l'enfance avec brio: la façon très naturelle et spontanée de s'exprimer, les idées folles et les jeux, mais aussi la passion qui nous habite à cet âge là et qui s'étiole avec les années. Pratchett dépeint également le rapport inter-générationnel de manière parfois très drôle et toujours touchante (quelques soient leurs différences d'âge et de culture, deux personnes se ressemblent toujours beaucoup plus qu'elles ne l'imaginent). Ensuite il y a l'endroit: ce quartier où tout le monde aurait pu grandir, un lieu sans rien de particulier, mais qui a une place unique dans notre coeur, Pratchett excelle à donner corps à ce sentiment de familiarité. Il y a bien sûr aussi une réflexion très intéressante sur la mort, avec une évocation poignante mais sans jugement du suicide (comme le livre est classé en littérature jeunesse, je trouvais que c'était une bonne base pour en discuter avec les plus jeunes). Enfin, l'auteur n'oublie jamais de rendre hommage à la nature, de façon parfois très subtile: la disparition des baleines est un phénomène qui révolte souvent les enfants dans ses livres.

    Du point de vue de la forme, Pratchett a un style simple mais agréable à lire et reconnaissable entre mille. Tu l'auras compris, j'ai beaucoup aimé "Johnny et les morts" et je le recommande aux lecteurs de tous âges!