Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Glorifine Loquace - Page 3

  • Le ver d'oreille

    Bonjour ami lecteur!

    J'espère que tu es en forme depuis mon dernier billet. De mon côté, je cicatrise bien de mes blessures. Je voulais revenir en te faisant un billet portant sur une série de bouquins sympathiques, agrémenté d'un peu de vécu familial, et aussi te communiquer une recette qui enchante mes papilles... Mais ce sera pour les prochains jours.

    Parce que là vois-tu, j'ai le cerveau complètement parasité.

    Connais-tu les vers d'oreilles ami lecteur? Non? Alors voici pour toi la jolie définition de Wikipédia:

    "Le ver d'oreille, en allemand Ohrwurm, en anglais earworm ou musical itch (démangeaison musicale) est une métaphore désignant familièrement, pour les locuteurs de ces langues, un thème musical, une mélodie ou une suite de notes dont le souvenir est mentalement persistant, répétitif et difficile à réprimer. Ce phénomène est susceptible de toucher 97 à 99% de la population, les femmes et les musiciens étant les plus concernés.

    Le phénomène fait l’objet de recherches en imagerie cérébrale aux États-Unis. Les vers d'oreille les plus fréquents sont dus aux chansons Can't Get You Out of My Head de Kylie Minogue, You're Beautiful de James Blunt, YMCA des Village People ou encore au thème musical de Mission impossible"

    Je suis absolument persuadée que tu as déjà expérimenté le phénomène (sinon, regarde les pourcentages ci-dessus et sois fier, tu es un spécimen rare!).

    Personnellement, mon cerveau malade fait collection de vers d'oreille, j'en ai un au moins une fois par semaine, un air obsédant que je me retrouve à fredonner partout, tout le temps, inconsciemment, et avec lequel j'arrive souvent à contaminer les autres. Bref, j'ai quasiment tout le temps une chanson dans la tête (à défaut d'avoir des idées...) et c'est une "qualité" à double tranchant.

    En effet, ça peut être merveilleux quand je suis bercée par un air que j'aime (exemples types: la b.o de "L'Amant", "Somewhere beyond the Sea" par Bobby Darin, ou encore "Rhubarb" d'Aphex Twin), comme ça peut être un supplice quand il s'agit d'une chanson qui m'insupporte. L'exemple récurrent est "Waterloo" d'ABBA, ne demande pas pourquoi, je n'en sais rien. Après, il peut aussi s'agir d'un air neutre mais rigolo à propager comme "The love boat" (là ton entourage te maudit), ou un bon vieux standard des 80's genre "Voyage, Voyage" ou "Lady in red".

    Mon ver familier, celui qui revient régulièrement depuis l'enfance et avec lequel je peux me trimballer toute une journée, c'est le générique des "Brigades du Tigre". Je sais ce que tu penses ami lecteur, tu te dis que je suis une sale vieille menteuse et que je suis née en 1951 plutôt qu'en 81. Et pourtant non, j'ai des réfèrences un peu old school des fois, voilà tout. Et pour les plus jeunes d'entre vous qui ne connaîtraient pas la série, voilà de quoi réparer cette cruelle lacune:

    Côté historique de parasites auditifs, j'ai fait fort ces derniers temps: la BO de "Chat noir, Chat blanc", "L'amour en héritage" de Nana Mouskouri (ouais, carrément), "Le chercheur d'or" d'Arthur H. (ça c'était très bien en fait, mais ça m'a poursuivi des heures au boulot), et là... Mais là... Je ne comprends même pas comment ça a pu arriver!

    Et ça dure depuis hier: au secours, j'ai besoin d'aide!

    J'en viens à envisager d'aller faire un tour au Copacabana ou au Captain Banana histoire de me mettre autre chose dans la tête...

    bad-music-web.jpg

    PS: Tu finis cet article avec un air dans la tête? Bienvenue au club: mouahaha! N'hésite pas à partager cette mélodie qui te démange en commentaire, ça me fera plaisir!

  • "Rage" de Stephen King

    Challenge Halloween de Lou & Hilde: Etape 5

    "Rage" de Richard Bachman, alias Stephen King

    rage.jpg

    Quatrième de couverture:

    Neuf heures cinq. L'écureuil cavale sur la pelouse. Dans la salle 16, Mme Underwood donne son cours d'algèbre... "Si l'on augmente le nombre de variables, les axiomes restent valides...".

    L'interphone crache alors une giclée de mots-requins. Charles Decker est convoqué chez le directeur...

    Neuf heures vingt. Après un entretien destroy, Charly met le feu aux vestiaires. Dans les marais puants de son subconscient, son dinosaure personnel patauge avec rage. Charly ouvre la porte de sa classe, tire sur son prof, qui s'effondre. Exit. Tuée sur le coup. Charly se sent merveilleusement bien. Il est allé jusqu'au bout...

    Neuf heures cinquante. Océan de silence dans la classe prise en otage. Charly se prépare pour le sprint final. Psychodrame et lavage de cerveau. Tout le monde va passer à la moulinette...

    Mon avis:

    Ce roman court (250 pages) est très différent de la production habituelle de Stephen King, ici pas de fantastique mais le récit d'une journée dans un lycée du Maine, très banale jusqu'à ce que Charles Decker décide qu'il en a assez. Assez de cette boule d'angoisse dans le ventre, assez de ses parents, assez de son lycée, de son psychiatre, de la société dans laquelle il vit.

    Pourtant Charly est un gamin qui n'a pas vécu de "gros" traumatismes (genre viol ou tabassage parental j'entends), mais des épisodes désagréables qui l'ont conduit à cette journée de ras-le-bol, où il veut juste dire honnêtement ce qui lui pèse devant ses pairs, sans qu'on l'interrompe...

    Jusqu'à ce que ses pairs, les lycéens de sa classe, se révèlent empreints du même malaise que lui: frustrations, complexes, incompréhension et rejet du monde des adultes, sentiment de vide intérieur. Partout la même détresse bien cachée derrière le rempart de l'éducation, Charly ne fait que leur ouvrir une porte qui donne sur la salle d'une vaste thérapie de groupe.

    Un seul élève, Ted, refuse d'aller dans cette salle. Il est l'adolescent "parfait": intelligent, sportif, fils de bonne famille et joli garçon, et évidemment tout à fait populaire. Il symbolise les attentes du monde des adultes par rapport à la jeunesse, et il est le seul à juger Charles et à rappeler aux autres qu'il a tué deux personnes. Ses différences lui coûteront cher en définitive.

    Pour en revenir à la dimension psychologique, Charles évoque souvent la ligne terminatrice, à savoir la ligne de séparation des parties obscures et éclairées du disque lunaire. Une manière poétique d'évoquer la part d'ombre en chaque être humain, que l'on tente de cacher pour répondre aux normes de la société.

    Richard Bachman/Stephen King décrit remarquablement le mal-être de l'adolescent, en particulier à travers ces lignes à la fin de l'oeuvre:

    "Quand on a cinq ans et qu'on a mal quelque part, on crie pour que le monde entier soit au courant. A dix ans, on gémit. Mais dès qu'on arrive à quinze, on commence à grignoter la pomme empoisonnée qui pousse sur votre arbre de douleur personnel. C'est le siècle des Lumières à l'occidentale. On commence à bouffer ses poings pour étouffer les cris. On saigne à l'intérieur."

    Ce roman m'a beaucoup plu: l'histoire est captivante, le style haletant et non dénué d'humour en dépit de la gravité du propos. Je l'ai lu en deux fois même si j'avais bien envie de l'avaler d'un coup, il se lit très facilement (En même temps, quand je suis à fond dans un livre, plus rien n'existe autour de moi, j'en ai loupé des arrêts de bus comme ça...).

    Ce livre, malheureusement visionnaire, a été retiré de la vente eu égard aux multiples tueries de ces dix dernières années aux États-Unis. Pour le lire, il faudra donc avoir recours au marché de l'occasion.

  • Accessoires cheveux Eté 2011

    Bonjour à toi ami lecteur!

    Me revoilà après presque trois semaines de fumisterie sans pareil, j'espère que tu sauras me pardonner ce petit silence radio.

    En cette fin août où semble commencer l'été, mes cheveux me donnent chaud rapidement (cette même qualité calorifère est pourtant bien appréciée en hiver) et je les attache le plus souvent. Comme je ne suis pas une routinière de la coiffure, j'aime bien me fabriquer des accessoires. Je te propose donc aujourd'hui une rapide présentation de mes dernières créations, non pas pour me la jouer grande designer (ce que je ne suis pas), mais plutôt pour partager des idées de réalisations faciles et bon marché avec toi.

    Le bandeau tressé

    On dit souvent que la mode est un éternel recommencement, cependant il est des courants qu'on n'image pas revenir au goût du jour... Tu m'aurais dit il y a encore 5 ans que les années 80 allaient redevenir LA tendance, je t'aurais dit d'arrêter de picoler et qu'une mode aussi flashy et mal coupée (remember les épaulettes XXL!) ne pouvait en aucun cas être ressuscitée. Le temps m'a donné tort.

    eighties mode rayures-1.jpg

    Ça pique à peine les yeux...

    Comprends-moi ami lecteur, je suis née en 81, j'ai arboré les combis fluos, le bonnet-écharpe orné de fourrure, les jupes à volants et autres robes en laine qui provoquent une saine hilarité en regardant les photos de classe de l'époque et par conséquent je ne pensais jamais, ô grand jamais, assister en 2011 à un défilé de ballerines Repetto, de tenues color block et même d'espadrilles multicolores!

    Pourtant, comme dans toute mode qu'on refuse de cautionner, il y a toujours quelques articles qui nous font de l'oeil. La fatalité a encore frappé ces jours-ci en me donnant une furieuse envie de me confectionner un bandeau tressé, aussi connu sous le nom de toutouyoutou grâce à une célèbre émission de fitness. Non parce que restons sérieux, je n'allais tout de même pas en acheter un.

    Après recherches webesques, j'ai trouvé ce tuto bien fait, merci Megan Nielsen. Si tu ne lis pas l'anglais, voilà un résumé:

    1) Couper 3 bandes de tissu de 50 x 5 cm et les coudre ensemble à une extrêmité.

    2) Tresser les bandes jusqu'à la fin et coudre l'autre extrémité.

    3) Mesurer la tresse et le tour de tête, puis soustraire la longueur de la tresse de la longueur du tour de tête, ce qui donne la longueur de l'élastique. Couper l'élastique et le coudre aux extrêmités du bandeau.

    Mon résultat en images

    Bandeau 1.JPGBandeau 3.jpg

    Magnifique masquage du visage n'est-il pas?


    Si le toutouyoutou n'est pas ton délire mais qu'en revanche tu aimes bien le côté tressé, tu peux adopter le look Ioulia Timochenko ou alors faire ça:

    On remercie la jolie demoiselle pour sa vidéo facile à décrypter même sans comprendre l'anglais ou le néerlandais.

    Tresses.JPG

    Démonstration sur mes cheveux

    Le bandeau en feutrine

    J'avais aimé ce bandeau dans la boutique Etsy de KamiMono. Et comme j'avais de la feutrine et du fil à broder, je me suis dit que j'arriverais bien à m'en faire un.

    il_fullxfull.180053463.jpg

    L'original, en vente

    Feuilles 1.JPGFeuilles 2.JPGFeuilles 3.JPG

    Tu peux cliquer sur les photos pour les agrandir

    Je suis contente du résultat, d'autant que la largeur des feuilles plaque bien la tonne de petits cheveux fous que j'ai sur le devant de la tête. Côté réalisation, c'est là aussi très simple: couper une bande de feutrine de 5 cm de large sur 30 cm de long et y découper 3 feuilles. Broder les feuilles avec du fil doré puis les coudre en les superposant sur un élastique noir à la longueur du tour de tête.

    EDIT 29/08: KamiMono elle-même est passée par ici et m'a fait un petit clin d'oeil sur son blog ici! N'hésite pas à aller faire un tour sur sa boutique, il y a vraiment de très belles choses.

    Pince Yuko

    Je crois te l'avoir déjà dit, je suis fan du manga+anime XXXHolic et les filles du studio CLAMP font régulièrement mon bonheur avec la profusion de détails qu'elles apportent à la toilette de Yuko Ichihara. J'avais en particulier remarqué ce magnifique accessoire:

    LOTUS.jpg

    Toujours armée de feutrine, j'ai assouvi mon envie de fleur de lotus dans les cheveux.

    Lotus 1.JPG

    Que veux-tu, on est fan ou on ne l'est pas!

    Lotus 2.JPGLotus 3.JPG

    Tu as le droit à un gros plan de mon oreille en prime

    Pour le modus operandi, toujours pas de quoi attraper une méningite: couper la fleur et les pétales dans la feutrine, les assembler avec de la colle à tissus puis fixer le tout sur une barrette ou une pince clic-clac au choix.

    Les pics à cheveux japonais

    Tu as des baguettes en bois de chez le chinois dont tu ne sais pas quoi faire? Qu'à cela ne tienne! Tu peux les recycler en pics à cheveux. Un petit coup de peinture, un autre de vernis, des ornements selon les goûts et le tour est joué!

    Pics japonais 1.JPG

    J'ai fait des boucles d'oreilles assorties... Souviens-toi, je t'ai déjà parlé de cette névrose.

    Pics japonais 2.JPG

    Voilà ami lecteur, nous en avons fini pour aujourd'hui avec les accessoires capillaires. Si tu as besoin d'informations complémentaires, comme toujours les commentaires te sont ouverts.

    Je reviens lundi avec je pense un billet sur la télé, pas de trucs girly ce coup-là, je tiens à rassurer mon lectorat masculin!

    Je te laisse avec un souvenir musical de 1991 extrêmement kitsch mais qui me trotte dans la tête depuis 2 heures, autant en faire profiter les autres... Si on peut dire.

     

     Bon weekend et à la semaine prochaine!