Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

urbex

  • La poésie des lieux abandonnés

    Catégories : Livres

    Hier, je regardais vaguement les meilleures ventes de livres sur amazon. Non pas que je choisisse mes lectures en fonction de la tendance (cette notion me laisse plutôt froide, que ce soit en culture, mode, déco ou autre), mais ça permet parfois de découvrir de nouveaux auteurs. Du coup, j'en suis venue à m'interroger sur les derniers ouvrages qui m'avaient fait forte impression ces derniers mois... Et celui qui m'a sauté en premier à l'esprit, c'est lui:

    51muGK1JaPL._SS500_.jpg

    Tu peux en savoir plus .

    Je me le suis fait offrir à Noël et depuis je le compulse régulièrement: il me fait rêver! La dernière fois que j'ai ressenti ça, je devais avoir 7 ou 8 ans et je me perdais avec délice dans les illustrations de Tenniel d'"Alice au pays des merveilles" (Merci Maman ♥). 

    Ce livre raconte, à l'aide de petits textes bien écrits et de photos magnifiques, l'histoire d'un patrimoine architectural à l'abandon. Les personnages sont des gares, des hôpitaux, des forts militaires, des salles de spectacle... Des lieux très divers ayant en commun d'être aujourd'hui délaissés  et oubliés par l'homme.

    Oui, je l'avoue: j'aime les lieux abandonnés. Je consulte régulièrement les sites d'explorateurs urbains, je colle mon museau au carreau en voiture ou en train dans l'espoir d'apercevoir des constructions mystérieuses, j'aime les zones industrielles, etc... Je ne sais pas bien d'où vient cette passion même si je pense que mon adoration pour la série "Chapeau Melon et bottes de cuir" (tournages le dimanche ou dans des lieux désaffectés pour raisons budgétaires) et ma jeunesse dans le Nord n'y sont pas pour rien.

     

    lorrybeu.jpg

    Série fétiche: tournage dans une base aérienne désaffectée / L'heure Perdue (The Hour that never was)

    DK-MINERALIER-18.jpg

    Paysage familier: Centre minéralier de Dunkerque. Droits photo: Jobiwan

    http://jobiwan.over-blog.fr/

    Pour information, 30% des friches industrielles françaises se situent dans le Nord.

    Source: Le journal des entreprises - Article fort intéressant ici

     

    Arrivé à ce point de l'article, cher lecteur, tu réagis peut-être comme Angélas (= mon pacsman) qui, levant un sourcil interrogateur, proféra cette phrase "Tu regardes des drôles de trucs quand même...".

    Pour beaucoup, ces endroits sont tristes, voire glauques. Il est certain qu'ils sont empreints de nostalgie, mais je n'y vois pas que ça. Pour moi, ces lieux désaffect(ionn)és sont des morceaux de notre patrimoine. Ils sont les témoins d'une architecture -> Charbonnage du Hasard de Cheratte, d'une période économique -> Le Haut-fourneau d'Uckange, d'une histoire sociale -> La Maison d'enfants de l'avenir social. Ils représentent aussi parfois des drames passés, comme Oradour-sur Glane, ou Pripyat en Ukraine, un cauchemar qui resurgit avec l'actualité des Japonais.

    Ces lieux de mémoire sont aussi beaux à leur manière: le silence, le temps suspendu, les fantômes du passé... Il y a bien de la poésie dans tout ça.

    Aujourd'hui, ces endroits sont délaissés car restaurer coûte beaucoup plus cher que construire du neuf. Quel avenir alors pour ces reliques? Quelques-unes seront reconverties, d'autres seront rasées sans états d'âme, et la plupart continueront à s'enfoncer dans l'oubli.

    Ces "friches" sont aussi matière à s'interroger sur l'héritage que nous laisserons de notre époque. Ce qui m'amène à te parler de ce documentaire fabuleux: "Une vie après l'homme".

     

    life_after_people.jpg

     

    Tu peux le regarder .

    Ce documentaire part du postulat qu'un jour, sans prévenir, l'humanité disparaît. Ouais comme ça d'un coup d'un seul, pouf, "dichparou!". Qu'adviendrait-il alors de notre monde? On y aborde des thèmes aussi variés que la survie de nos animaux domestiques (ça m'angoissait cette histoire là, mais les chats s'en sortiraient très bien, par contre les chihuahas et les bouledogues...), le devenir de nos architectures, la conservation de notre patrimoine écrit (constat: le papier, les photos et les supports numériques ne valent pas tripette), la reprise par la nature de ses droits... C'est intelligent et bien réalisé, je te le conseille!

    Petite citation extraite du documentaire: "La domination de l'homme sur la nature n'a jamais été qu'une illusion".

    Pour en revenir à l'urbex (= urban exploration, my dear), si tu es toi aussi fasciné ou juste curieux, je te recommande chaudement ces différents sites:

    http://www.abandoned-places.com/

    http://www.boreally.org/fr/

    http://www.explo-alternative.fr

    http://www.forbidden-places.net

    http://glauqueland.free.fr (par le créateur de feu le site désopilant Je suis gothique.com)

    Et aussi le site de la très talentueuse photographe allemande Annie Bertram qui sait sublimer ces "forgotten places" (voir son portfolio).

    Parmi mes endroits favoris: le sanatorium de Beelitz (Hitler y a été soigné en 1916... une infection nosocomiale aurait été la bienvenue), la gare de Canfranc (couverture du livre), le château de Mesen (superbe, des vitraux dans un incroyable état de conservation à voir chez boreally), une gare d'Abkhazie (à voir ici), l'asile de Greystone (une vision de la psychiatrie qui fait froid dans le dos)...

    Pour clore ce billet, je t'offre une petite photo perso d'un village abandonné en 1952 sur ordre du gouvernement car le site devenait trop dangereux:

     

    78.jpg

    Zelve, Turquie 

    Tu vois, les villages fantômes ne sont pas forcément glauques!

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui en espérant que ça t'ait plu, la prochaine fois je crois bien que je vais te parler de poils (teasing de la mort!!). En attendant, bonne soirée à toi ami lecteur!